Programme de travail 2017


Les grands axes de travail de l’ORIV pour 2017

Une fonction ressources transversale et mutualisée

Agir au plus près des intervenants-es et de leurs attentes suppose de disposer de connaissances adaptées, qui sont mobilisées à travers la fonction ressources. Elle constitue le support des interventions de l’ORIV. La fonction ressources est transversale à l’ensemble des activités et thématiques de l’ORIV et se traduit entre autre (cf. programme de travail détaillé) par : La gestion d’un centre de documentation ; La réalisation d’une veille informative sur l’actualité nationale ; La mise à disposition de ressources par le biais d’un site internet (www.oriv.org) ; La publication d’un bulletin mensuel d’information « Actualités sur l’intégration, la promotion de l’égalité et la ville » ; La production d’outils, de notes, d’analyses statistiques, etc.

 

 

Poursuivre le déploiement de l’activité de l’ORIV à l’échelle du Grand Est

Avec la réforme territoriale, l’ORIV a déployé ses actions sur la région Grand Est en 2016. L’année 2017 sera consacrée à l’ancrage de son intervention sur ces nouveaux territoires. Le défi est d’allier une action de proximité à l’échelle de la région, tout en préservant les acquis des interventions antérieures.

 

Accompagner la mise en œuvre des contrats de ville

Par son action en faveur des quartiers relevant de la politique de la ville, l’ORIV promeut une action territorialisée visant à rétablir l’égalité entre les territoires et la cohésion sociale et territoriale. Il s’agit dans ce cadre d’accompagner et d’outiller les acteurs-trices via la mise en œuvre des contrats de ville autour des enjeux de droit commun, de solidarité intercommunale, d’évaluation et d’observation.
=> Dans cette perspective, l’action de l’ORIV vise à permettre une meilleure appréhension des quartiers populaires qui sont souvent perçus de manière simplificatrice et stéréotypée ; soutenir et accompagner les intervenants-es en mettant à disposition des ressources documentaires, méthodologiques ou humaines ; favoriser la mise en réseau et les échanges dans un souci de décloisonnement des actions et de construction partagée.

 

Permettre la prise en compte et la reconnaissance des habitants-es

Les démarches basées sur la mobilisation des habitants-es permettent de renouveler l’action publique. A ce titre, l’ORIV accompagne la reconnaissance de ces processus participatifs, qu’ils soient menés dans le cadre d’instances souhaitées par les institutions (notamment les conseils citoyens) ou par des structures associatives qui en font leur cœur de projet.

=> Il s’agit pour l’ORIV de soutenir le développement de ces modes d’intervention et de porter à connaissance les conditions de leur mise en œuvre pour en assurer la pérennité.

 

Contribuer à l’intégration sociale

L’intégration sociale, c’est-à-dire de la participation active de toutes et tous à la société, est un enjeu de société. Elle est encore plus importante pour celles et ceux nouvellement arrivés-es sur le territoire national. Il s’agit tout à la fois d’interroger les processus permettant à une personne ou à un groupe de trouver sa place dans la société dans une logique d’interaction et d’interdépendance et d’agir sur les obstacles à l’égalité des droits et à l’égalité de traitement dans la mise en œuvre de ces droits.

=> Il s’agit, pour l’ORIV, d’appuyer les acteurs et les actrices par des apports méthodologiques et documentaires, la diffusion de connaissances, la conception d’outils et la valorisation d’expériences.

 

Prévenir et lutter contre les discriminations

Les discriminations renvoient à des situations contraires au principe d’égalité affirmé dans la Constitution française qui mettent à mal le lien et la cohésion sociale. Mais elles relèvent également de processus protéiformes qui peuvent être difficiles à cerner. L’action de l’ORIV a pour objectifs d’identifier, de prévenir et de lutter contre ces phénomènes en articulant trois approches complémentaires : une approche juridique par la mobilisation du droit ; une approche systémique par l’action sur les pratiques professionnelles ; une approche psycho-sociale par le travail de déconstruction des représentations.

=> Il s’agit, pour l’ORIV, d’appuyer les acteurs et les actrices impliqués-es dans la mise en œuvre d’actions ou de politiques publiques de prévention des discriminations par des apports méthodologiques et documentaires, la diffusion et la production de connaissances.

 

Agir sur ce qui « fait commun »

Dans un contexte de développement des peurs et de méfiance, qui donne lieu au renforcement des processus de rejets et de replis, il parait important de permettre aux professionnels-les de renforcer leur capacité d’agir sur ce qui fait commun, de donner des éléments leur permettant de renforcer le « vouloir » vivre ensemble.

=> Cette approche amène l’ORIV à la fois à renforcer les cadres permettant ce vivre ensemble (principe de laïcité, histoire commune…) et à mettre en œuvre des actions privilégiant un travail inter-acteurs sur sites afin de comprendre les différents processus en jeu (construction et assignation identitaire, rejets et replis…) et à accompagner de « nouveaux » modes de travail (notamment en direction des jeunes).