Association

Présentation de la structure

L’association ORIV se donne pour mission d’agir en faveur de l’intégration, du développement social urbain et de la lutte contre les discriminations, en intervenant sur les enjeux sociaux et les politiques publiques. Elle soutient et accompagne des habitants et des élus, des acteurs institutionnels, des professionnels et des associations. Elle produit et met à disposition des connaissances et des ressources, anime des temps collectifs et interpelle les acteurs sur les enjeux qu’elle repère. Elle intervient sur l’ensemble du territoire de la région Grand Est.

Créé en 1992 et organisé en association à partir de 1996, l’ORIV vise à :

  • Rendre accessible l’information et les ressources, par le biais d’un site internet, de la publication régulière de documents, de la gestion d’un centre de documentation ouvert à tous, ainsi que par le développement d’une fonction de veille et d’observation (quantitative comme qualitative).
  • Produire et capitaliser les connaissances issues de réflexions, de groupes de travail, de diagnostics, d’études menés par l’association. Ceci pour apporter des éclairages sur des sujets particuliers et permettre une meilleure compréhension des processus.
  • Qualifier les acteurs par l’organisation de temps d’échanges (rencontres, séminaires, formations, colloques…), la diffusion de pratiques et la confrontation d’expériences.
  • Accompagner les acteurs en mettant à leur disposition des compétences et des ressources (documentaires, techniques, méthodologiques, pratiques, humaines…) adaptées à leur questionnement et en intervenant sur site.

Implanté à Strasbourg, avec une antenne à Reims, l’ORIV déploie, depuis début 2016, ses activités sur l’ensemble de la Région Grand Est.

A l’échelle nationale, l’ORIV participe au Réseau des Centres de Ressources Politique de la Ville et au Réseau RECI (Ressources pour l’Egalité des Chances et l’Intégration).

La logique de réseaux constitue une dimension fondamentale de la fonction de centre de ressources. Elle permet, en effet, la rencontre avec d’autres partenaires, la mutualisation des réflexions et l’échange de ressources (informations, expériences, identification de personnes ressources…).

Pour mener ces démarches, l’ORIV bénéficie de soutiens financiers émanant de l’Etat, de collectivités, ainsi que de ressources propres issues des prestations fournies et des cotisations des adhérents de l’association.
La mise en œuvre de ce programme est assurée par une équipe de huit salariées, en lien avec les administrateurs de l’association.

L’ORIV avec Citoyens et Territoires anime un espace commun, appelé Plateforme EST – Egalité et Solidarité entre les Territoires. Elle fonctionne comme un « pôle d’expertise » au service des politiques territoriales : quartiers prioritaires, grandes agglomérations, métropoles, espaces périurbains, petites villes et campagnes, dans une logique de développement (local, économique…) et de solidarité.

 

Un retour sur l’histoire de l’ORIV…

La création de l’Observatoire Régional de l’Intégration et de la Ville trouve son origine dans une volonté commune d’institutions, en particulier de l’Etat, et de personnes de la société civile face aux évolutions sociétales en Alsace fin des années 80. L’Observatoire a vu le jour, en 1992, à l’initiative de la Commission Régionale pour l’Insertion des Populations Immigrées (CRIPI, instance du Fonds d’Action Sociale pour les travailleurs immigrés et leurs familles, présidée par le Préfet de région). Elle avait souhaité la mise en place de cet Observatoire, alors appelé Observatoire Régional de l’Intégration (ORI), conçu comme un outil de développement et d’aide à la décision, dans le champ spécifique de l’intégration des populations immigrées. Cette volonté s’inscrivait dans un contexte particulier d’interrogations et de crispations par rapport à la situation des immigrés, notamment turcs, en Alsace.

Après une période d’expérimentation (1992-1994), portant sur les modalités d’intervention et sur le fonctionnement (notamment la viabilité financière de la structure), 1995 a constitué une année de consolidation tant sur le plan juridique que par rapport aux thèmes d’intervention. En 1996, l’Observatoire assure sa pérennité juridique en se constituant en association. Dans le même temps, il a été amené à élargir son domaine d’intervention aux territoires relevant, de ce que l’on appelle communément, la politique de la ville, devenant ainsi l’Observatoire Régional de l’Intégration et de la Ville (ORIV). Cette extension résulte à la fois du développement des besoins exprimés par les acteurs et de l’expertise et des méthodes d’intervention développées sur l’intégration et reconnues par les acteurs. La structure est reconnue par l’Etat comme « centre de ressources » lors d’un comité interministériel à la ville en 1998.

En 1997 suite à plusieurs travaux sur les processus de discriminations et devant l’ampleur des phénomènes en termes d’inégalités, l’ORIV a souhaité élargir ses domaines d’intervention à cette question.

Centré, depuis sa création sur le territoire alsacien, l’Observatoire a été amené à compter de fin 2009, à la demande de l’Etat, à élargir son territoire d’intervention à la Lorraine.

L’association a décidé que cette démarche ne donnerait pas lieu à la création d’une structure spécifique, mais s’inscrirait dans une logique de déploiement des activités et de complémentarité avec les structures existantes sur place et intervenant sur des thématiques proches. C’est dans cette perspective qu’a été mis en œuvre le Centre de Ressources Politique de la Ville en Lorraine (CRPVL) co-porté par l’ORIV et le Carrefour des Pays Lorrains (devenu entre-temps Citoyens et Territoires).

En 2016, du fait de la création de la région Grand Est, l’activité de l’ORIV est déployée à l’échelle de cette nouvelle région, supprimant de fait le CRPVL, tout en maintenant un partenariat avec Citoyens et Territoires. Il s’agit dans le contexte de réforme territoriale de « continuer à inscrire l’action des Centres de Ressources en proximité avec les acteurs-trices de terrain et de couvrir l’ensemble du territoire national de manière exhaustive en optimisant les moyens. »

 

Une structure originale…

Sur la base de cette histoire, et forte de son expérience et de l’implication de ses administrateurs, l’association a pour objet de « développer et de diffuser des connaissances sur les questions relatives à l’intégration des populations immigrées, à la prévention des discriminations et à la cohésion sociale et territoriale en général » (cf. Article 2 des statuts).

Ces trois domaines s’inscrivent dans une volonté de l’association d’inscrire son action dans le registre de l’égalité (des droits par rapport aux immigrés, des territoires ou encore de traitement). Plus globalement, par son action, l’association a la volonté de faciliter le « vivre ensemble », le lien social, en contribuant à faire progresser les connaissances, à transformer les représentations sociales et les pratiques des acteurs (publics comme privés), en apportant son appui au développement des politiques publiques.

Elle constitue de ce fait une entité originale, une interface voire un passeur, à la jonction de plusieurs « mondes », celui de l’action publique et de la recherche universitaire, celui des institutions et des associations.