Retour sur la Journée d’étude et d’échanges : « Face à l’exil, déni ou hospitalité ? »

– novembre 2019

Face à l’augmentation des migrations et à la situation des migrants sur son territoire, la ville de Strasbourg a développé, dès fin 2017, une politique volontariste pour répondre aux besoins fondamentaux d’autonomie et d’inclusion des personnes migrantes.  Elle s’est engagée dans une démarche de « Ville hospitalière » afin de permettre un accueil digne des personnes vulnérables issues des migrations. L’accueil relevant de réponses collectives, la ville de Strasbourg porte cette dynamique à laquelle participe une cinquantaine de structures (soit plus de 150 acteurs – associatifs, caritatifs, universitaires, porteurs d’initiatives citoyennes et institutionnels). Il s’agit de mettre en place des réponses adaptées aux personnes et de construire des parcours tout en tenant compte des compétences et champ d’action de chaque acteur.

L’ORIV a assuré l’accompagnement de cette démarche en 2018. Début 2019, la volonté politique s’est traduite par la création d’un poste de chargé de mission en interne de la Ville de Strasbourg.  L’ORIV continue à assurer un accompagnement recentré sur la mobilisation des partenaires associatifs et dans une logique de mobilisation de ressources.

Le 25 mars 2019, le conseil municipal de Strasbourg a adopté un « Manifeste pour un accueil digne des personnes migrantes vulnérables » qui traduit l’engagement de la Ville en faveur de l’accueil et la volonté de la Ville et de ses citoyens-nes de demeurer une terre d’hospitalité en faveur de toutes et de tous.

La ville de Strasbourg est par ailleurs membre fondateur de l’association nationale des villes et territoires accueillants (ANVITA), créée à Lyon le 26 septembre 2018.

 

Le 22 octobre 2019, la ville de Strasbourg, le laboratoire DynamE et l’ORIV, ont organisé, dans le cadre de cette démarche, une journée d’étude et d’échanges entre les différents acteurs œuvrant dans le domaine de l’accueil et de l’insertion des personnes migrantes, en particulier celles en situation de vulnérabilité. Cette journée a combiné travail de recherche, travail sur le terrain et points de vue de migrants. Après l’apport de données quantitatives, au niveau national et régional, des parcours de personnes migrantes à Strasbourg ont été présentés en lien avec des expériences de professionnels. Des enjeux thématiques spécifiques, à savoir l’accès aux droits et la santé, ont ensuite été abordés par des acteurs locaux. Les chercheurs, François Héran et Claudine Attias-Donfut, travaillant depuis des années sur les questions de migrations, ont, quant à eux, apporté leurs éclairages.

 

 

Téléchargez les supports d’intervention de :