Retour sur le cycle de conférences « Enjeux migratoires »

– juillet 2020

Les enjeux migratoires font souvent l’objet d’une approche « simpliste », alors que les éléments de compréhension sont multiples. De nombreuses ressources sont pourtant disponibles pour mieux appréhender les processus à l’œuvre. Dans ce contexte, l’ORIV, a souhaité initier, au début de l’année 2020, un cycle de conférences-débats afin de mieux traiter ce sujet.

Vous trouverez ci-dessous la présentation des trois conférences ayant eu lieu à ce jour, avec les documents supports des interventions.


Visio-Conférence « Crise des réfugiés et accueil par les collectivités »
Matthieu TARDIS, chercheur à l’IFRI – Institut français des relations internationales et Chercheur au Centre migrations et citoyennetés
25 juin 2020 – 14h30 à 16h30

Si la politique d’intégration relève d’une dimension nationale, le processus d’intégration sociale se joue au niveau local.
Le grand nombre et la diversité des territoires qui accueillent les personnes arrivant d’ailleurs dans le Grand Est a incité l’ORIV à proposer ce temps d’échanges autour de l’enjeu de l’intégration territoriale. En introduction, une présentation de données analysées par l’ORIV a permis de rendre compte de cette réalité.

 

Matthieu Tardis, a ensuite présenté les principaux résultats d’une étude portant sur l’accueil des réfugiés dans les territoires ruraux, publiée en juillet 2019.
Cette étude se concentre sur la France. Depuis 2015, les programmes de réinstallation des réfugiés y connaissent un fort développement. Ces réfugiés sont de plus en plus accueillis dans des petites villes et des zones rurales. Ces territoires sont souvent moins habitués à recevoir ces populations et ne disposent pas des mêmes moyens humains et financiers que les grandes villes pour adapter leurs services aux besoins des réfugiés.
Pourtant, les conclusions de cette étude contredisent les idées reçues sur ces territoires. Ces petites villes et ces zones rurales sont des espaces de solidarité et d’opportunités pour les réfugiés. Ces derniers ne sont pas de nouveaux arrivants anonymes mais deviennent rapidement de nombreux membres de la communauté locale. De même, les acteurs locaux font preuve d’innovation pour répondre aux besoins spécifiques des réfugiés d’une manière plus ou moins formelle mais généralement efficace.
Cette image positive de l’accueil et de l’intégration des réfugiés ne peut cacher les difficultés rencontrées dans ces territoires, notamment autour de la mobilité, de l’accès aux soins ou de l’apprentissage du français. Cette étude souligne que ces problématiques ne sont pas spécifiques aux réfugiés et pèsent également sur le quotidien des populations locales.
Cette étude se termine par une série de 18 recommandations pratiques à mettre en œuvre concernant le pilotage national et local des programmes de réinstallation ainsi que l’accompagnement social des réfugiés dans les petites villes.

Une quarantaine de personnes ont participé à la conférence et des échanges enrichissants ont été engagés entre les participants.

 

Visionner la conférence en cliquant ici

 


Table ronde « Quelle place pour les personnes en situation précaire à Strasbourg ? »

Avec notamment Marie-Claire CALOZ-TSCHOPP, Professeure titulaire de théorie politique et philosophie politique à l’Université de Lausanne et Mickaël LABBE, Maître de conférences en esthétique et philosophie de l’art à l’Université de Strasbourg.
5 mars 2020 – Strasbourg – Salle de la Bourse

 

Les signataires de l’Appel « Non à la précarité à Strasbourg », dont l’ORIV fait partie, ont organisé cette table ronde dans la continuité de la Nuit de la Solidarité ayant eu lieu la veille. L’objectif était d’échanger et de s’engager sur les conditions d’un accueil digne et inconditionnel des personnes en situation de pauvreté et précarité à Strasbourg. L’ORIV s’est associé à cette réflexion pour au moins deux raisons. La première est que ces situations touchent notamment des personnes migrantes. La seconde est que la « crise migratoire » est en fait une crise de l’accueil. Promouvoir l’hospitalité, repenser l’accueil est donc un enjeu pour toutes les personnes en situation de précarité. De ce fait le contenu du débat était en adéquation avec la volonté de l’ORIV d’apporter d’autres regards sur les enjeux migratoires.
A l’occasion de cette soirée, qui a réuni plus d’une centaine de personnes, le Collectif Nuit de la Solidarité a présenté les premiers résultats portant sur les personnes en situation de rue rencontrées lors de la Nuit du 4 mars.

 

Marie-Claire CALOZ-TSCHOPP est ensuite intervenue sur ce qui fait « tenir la société », avec la notion fondamentale d’hospitalité et en réaffirmant le droit d’avoir des droits et la liberté politique de se mouvoir.

Mickaël LABBE est quant à lui revenu sur l’augmentation de la précarité et sur les dispositifs urbanistiques mis en œuvre pour ne plus la voir. Il réclame un droit à la ville pour tous et toutes.

Les échanges qui ont suivi ont été riches, avec des témoignages forts. Les candidats-es aux élections municipales de Strasbourg présents-es dans la salle ont été interpellés-es via une Charte d’engagements dont ils avaient été destinataires en amont.

 

 


« Politiques migratoires : où en sommes-nous ? »

François HERAN, Professeur au Collège de France, Chaire « Migrations et Sociétés »
7 février 2020 – Strasbourg – Centre Culturel Saint-Thomas

Après le débat sans vote du 7 octobre 2019 à l’Assemblée nationale, l’annonce de plusieurs mesures restrictives pour les personnes arrivant sur le territoire, les déclarations répétées sur les dangers du communautarisme et du séparatisme, comment la politique migratoire de la France se dessine-t-elle ? Ses effets s’observent-ils dans le bilan chiffré publié le 21 janvier par le ministère de l’Intérieur ? Que faut-il penser des propositions de réforme lancées le même jour par un « collège de praticiens » ?

Partant de ces questionnements, François Héran est venu apporter son éclairage sur les enjeux migratoires actuels. Son analyse des derniers chiffres disponibles en France, comparés aux données internationales, a permis d’avoir une vision plus réaliste des flux migratoires en France et des enjeux géopolitiques.
Il a ensuite commenté les propositions de réformes signées par un Collège de praticiens, publiées le 21 janvier 2020 dans un rapport intitulé : « Pour des politiques migratoires conformes à toutes les exigences de la République ».
La soirée s’est terminée par des échanges avec la trentaine de participants-es présents-es.